Selon moi, il n’y a rien de pire qu’une réunion d’information où l’animateur/présentateur garde les yeux rivés sur sa présentation PowerPoint et lit, mot à mot, chaque ligne de chaque diapositive. Tout simplement mortel ! Ça me rappelle certains cours magistraux à l’université.

Ne vous méprenez pas : je ne suis pas en train de dire que je suis contre PowerPoint. C’est seulement qu’il devrait être utilisé comme un support visuel et non comme document de référence. Dans une présentation PowerPoint, on devrait retrouver beaucoup d’images et un peu de texte… et non l’inverse.

Voici donc 3 techniques à utiliser pour mettre un peu de pep dans vos réunions d’information.

 

La carte mentale

Aussi appelée mind mapping, la carte mentale permet de visualiser rapidement l’information. Elle présente un double avantage : on peut se concentrer sur les détails tout en gardant une vision d’ensemble.

On peut simplement dessiner la carte mentale au tableau, puis la prendre en photo pour la garder dans nos dossiers. Et si vous êtes un peu plus techno, vous pouvez utiliser des logiciels comme Visio (payant), MindManager (payant) ou FreeMind (gratuit). Ce dernier représente un excellent choix pour se familiariser avec la carte mentale et voir si vous aimez cette technique.

Consulter un exemple de carte mentale

 

La Pecha Kucha

Selon la règle originale de cette technique japonaise, chaque participant présente 20 images, chacune projetée pendant 20 secondes, soit 6 minutes 40 secondes de présentation. On peut donc adapter ce principe un peu rigide et avoir recours uniquement à des images pour concevoir sa présentation. Oublions un peu les 20 secondes max…

Utiliser un tel support visuel rend le discours de chacun beaucoup plus percutant. Ainsi, les participants peuvent partager leur vision d’une situation, les causes d’un problème et les solutions pour les régler.

 

Le jeu-questionnaire

Apprendre dans le plaisir, voilà ce que j’essaie d’inculquer à mon fils depuis son entrée à l’école. Et si on faisait la même chose, même à l’âge adulte ? Et si on utilisait le jeu pour faire passer des messages, pour transmettre de l’information ou pour diffuser des connaissances ?

Disons que vous voulez sensibiliser les membres de votre équipe à l’importance de la sécurité de l’information. Au lieu d’utiliser la méthode traditionnelle et de présenter ce que les gens doivent faire ou ne pas faire, le jeu-questionnaire représente une excellente alternative.

Option 1

Il suffit de séparer le groupe en deux équipes. Deux joueurs s’affrontent pour répondre à votre question. Le joueur qui donne la bonne réponse en premier fait gagner un point à son équipe. Il ne vous reste plus qu’à donner un complément d’information avant de passer à la prochaine question.

 

Option 2

L’animateur de la réunion remet un carton Vrai et un carton Faux à tous les participants. Chaque fois qu’il pose une question, les participants répondent en levant le carton de leur choix. Ensuite, il donne les explications qui s’imposent.

 

Il existe bien d’autres façons de rendre les réunions d’information à la fois mobilisatrices et efficaces. Vous voulez en connaître de nouvelles ? N’hésitez pas à communiquer avec moi.