Je ne vous apprends rien : pour bien communiquer et interagir avec les membres de son équipe, il faut d’abord apprendre à les connaître. C’est la base ! Malheureusement, on a tendance à croire qu’une personne introvertie est forcément timide. Même si l’un n’empêche pas l’autre, ce n’est vraiment pas toujours le cas. Je vous explique…

 

L’introversion

Orientée vers son monde intérieur, la personne introvertie puise son énergie dans le calme et la solitude. Par conséquent, trop de stimuli l’épuisent : le bruit et les foules lui brûlent son énergie. Ainsi, les rencontres qui réunissent l’ensemble du personnel et les 5 à 7 endiablés ne sont pas sa tasse de thé.

L’introversion est un trait de personnalité, au même titre que l’ambition, l’enthousiasme, l’indépendance ou la débrouillardise. Ce n’est surtout pas un défaut qui doit être corrigé ou mentionné lors d’une rencontre d’appréciation de la contribution (évaluation de rendement). Au contraire, la personne introvertie possède des qualités qui font souvent défaut aux extravertis. En effet, l’introverti est généralement plus réfléchi et discret, deux forces essentielles dans certains métiers ou environnements de travail.

Contrairement à ce que plusieurs pensent, l’introverti n’est pas asocial : il socialise tout simplement d’une façon différente. Il préfère les petits groupes et les personnes qu’il connaît déjà. Par exemple, pour souligner le départ en congé de maternité d’une introvertie, inutile de réunir les 100 employés de votre organisation. Elle préférera sans doute se retrouver avec ses collègues les plus proches.

 

La timidité

Plusieurs supposent, à tort, que tous les introvertis sont timides. C’est faux ! La timidité, c’est un comportement. C’est avoir peur d’être jugé, rejeté, voire humilié. Le timide est mal à l’aise en public.

 

Une approche différente

Afin d’illustrer mon propos, voici l’exemple d’une réunion de service, qui comprend le gestionnaire et son équipe d’environ 20 personnes. Disons que le gestionnaire demande l’avis de tous sur un sujet donné. La personne introvertie donnera son opinion sans hésitation. Elle se sent en confiance, puisqu’il s’agit de ses collègues, des gens qu’elle côtoie au quotidien. Toutefois, si le ton monte ou que les gens commencent à se couper la parole, elle va tout simplement se retirer du débat.

De son côté, la personne timide, elle, ne dira pas un mot à moins d’être obligée ou qu’on s’adresse directement à elle. Et il se pourrait qu’elle réponde pour aller dans le sens de la majorité ou tout simplement : « Je pense la même chose que Untel ». De quoi aurait-elle l’air si son opinion va à l’encontre des autres ?

Donc, maintenant que l’on connaît la différence entre les deux, on peut aborder les gens différemment. Je vous donne un autre exemple, celui du 5 à 7. Vous pourrez aller voir la personne introvertie et lui dire : « Je sais que tu ne raffoles pas des bains de foule, mais ça serait l’fun que tu viennes faire un petit tour. J’ai pensé à toi et ai choisi un endroit plutôt tranquille. » Elle appréciera de ne pas se sentir coincée ou obligée de rester jusqu’à la fin de l’activité.

À la personne timide, vous pourriez lui dire : « Ça me ferait vraiment plaisir que tu viennes au 5 à 7. J’ai toujours beaucoup de plaisir à discuter avec toi. Et je pense que tu t’entendrais bien avec le p’tit nouveau. Lui aussi aime le hockey. » En lui disant cela, vous la rassurez. Elle ne se sentira pas exclue ou de trop.

Et voilà, c’est aussi simple que ça. Maintenant, je vous laisse à vos réflexions. Qui, dans votre équipe, est un introverti ? Qui est timide ? Vous avez besoin de quelques explications supplémentaires pour mieux communiquer avec les personnes timides ou introverties ? N’hésitez surtout pas à communiquer avec moi au myriam@myriamberube.ca ou au 418 659-1307.