Clarté, concision et précision : voilà les mots que j’ai toujours en tête lorsque je rédige. Que ce soit pour un courriel, un billet de blogue, un compte rendu ou un rapport, ces mots me guident. Ce sont les règles de base à respecter en rédaction.

Clarté

Même si la rédaction n’est pas votre force, cette règle est toute simple à respecter. Votre texte doit être lisible. Pour ce faire :

  • écrivez des phrases courtes d’environ 15 à 20 mots;
  • divisez les phrases longues;
  • rédigez de courts paragraphes et aérez-les;
  • utilisez les puces et la numérotation, si possible (pour éviter les longs paragraphes ou les phrases qui ne finissent plus);
  • insérez des sous-titres évocateurs si votre texte traite de plus d’un sujet ou s’il est long;
  • Créez des tableaux ou des diagrammes pour communiquer des données nombreuses ou complexes;
  • utilisez le gras et l’italique avec modération. Il faut mettre l’accent uniquement sur les éléments qui servent un objectif précis : attirer l’attention sur un fait, un chiffre, une date, une personne;
  • optez pour une police de caractères universelle : une police spéciale peut rendre votre message illisible.

Concision

À l’école, il fallait écrire des textes de 1 000 ou 5 000 mots, par exemple. Alors que faisait-on pour atteindre le nombre de mots obligatoire? On pelletait des nuages et on ajoutait tout plein de « beaux mots qui paraissaient bien ». C’est fini ce temps-là : il faut vous défaire de cette mauvaise habitude. À partir de maintenant :

  • évitez les pléonasmes, les adjectifs ou les adverbes superflus;
  • éliminez les répétitions;
  • supprimez les énoncés inutiles.

Précision

Chaque mot que vous écrivez a son importance. Ne laissez jamais place à l’interprétation comme dans cet exemple : « Merci de me faire part de vos commentaires dès que possible. » Pour certaines personnes, dès que possible signifie « quand j’aurai le temps, d’ici la fin de la semaine », alors que pour d’autres, cela veut dire « d’ici demain ».

Pour être précis :

  • choisissez des mots simples (avant plutôt que préalablement, malgré plutôt que nonobstant);
  • évitez les termes techniques et l’abus de sigles;
  • choisissez des mots concrets et vivants, plutôt que des tournures abstraites qui alourdissent votre texte.

De plus, l’information importante doit se retrouver au début de votre document. Pourquoi? Parce que les gens ont tendance à couper court et à arrêter de lire avant la fin.

Rappelez-vous :
Des sous-titres évocateurs.
Un message par phrase.
Une idée par paragraphe.
Un sujet par texte.
Si vous avez besoin d’un coup de main, je suis là. myriam@myriamberube.ca