La communication interne, qu’est-ce que ça mange en hiver?

La communication interne, qu’est-ce que ça mange en hiver?

Marketing. Relations de presse. Journalisme. Publicité. Voilà des champs de la communication connus de tous. À leur opposé, la communication interne est souvent laissée pour compte. Et pourtant, elle est un facteur clé de la réussite de toute organisation.

La communication interne, ça sert à quoi?

La communication interne, ce n’est pas seulement informer. Oui, c’est présenter la planification stratégique et les bilans de productivité, c’est expliquer une nouvelle procédure, et c’est annoncer un changement à l’organigramme. Mais c’est bien plus. La communication interne permet entre autres de :

  • Mobiliser le personnel autour d’objectifs communs
  • Renforcer le sentiment d’appartenance
  • Reconnaître la contribution de chacun
  • Faciliter la gestion du changement
  • Stimuler la motivation, l’efficacité et la créativité
  • Améliorer le climat de travail

En bout de ligne, une bonne communication interne fait performer l’entreprise. Mieux vous communiquez, plus vous performez.

Et concrètement?

C’est bien beau tout cela, mais en pratique, on fait ça comment de la communication interne? Il n’y a pas de recette miracle, puisque chaque organisation est unique. Toutefois, il existe plusieurs outils efficaces pour établir une bonne communication :

  • Journal interne, qu’il soit papier ou numérique
  • Manuel d’accueil pour les nouveaux employés
  • Note écrite
  • Courriel
  • Affiche
  • Réunion individuelle, d’équipe, de toute l’entreprise
  • Conférence
  • Activité de team building ou de reconnaissance
  • Intranet
  • Déjeuner d’information
  • Compte rendu de réunion
  • Bulletin spécialisé
  • Boîte à suggestions
  • Alouette…

Les principes de base

Difficile de résumer en un seul billet tout ce qu’on doit savoir à propos de la communication interne. Voici tout de même quelques principes de base.

La communication descendante (du haut de l’organigramme vers le bas) est tout aussi importante que la communication ascendante (du bas vers le haut). Rappelez-vous : vous avez deux yeux pour observer, deux oreilles pour écouter et une bouche pour parler. Communiquer, c’est avant tout observer ce qui se passe autour de vous et être à l’écoute.

La communication peut être formelle (une note de service ou une rencontre annuelle) ou informelle (une discussion dans un corridor, un 5 à 7). Un bon dosage des deux est un duo gagnant.

La communication peut être verbale ou non verbale. Un air bête, c’est un message assez clair, merci!

En somme, il faut communiquer le bon message, aux bonnes personnes, au bon moment et avec le bon moyen.

Avant de vous laisser, j’aimerais que vous preniez quelques minutes pour répondre aux questions suivantes.

  1. Quand ai-je félicité mon équipe pour la dernière fois?
  2. Est-ce que mon personnel se sent valorisé, reconnu?
  3. Mes employés adhèrent-ils aux valeurs de l’organisation?
  4. Est-ce que des rumeurs circulent à l’intérieur de l’entreprise?
  5. Comment est l’ambiance de travail?

Vous avez détecté quelques faiblesses? Ne culpabilisez pas. Agissez. Réunissez les dirigeants de votre organisation, tracez un portrait de vos forces et de vos faiblesses en matière de communication, fixez des objectifs et mettez en place un plan d’action. Il n’est jamais trop tard pour s’améliorer.

Enfin, la communication, ça s’apprend et ça se cultive. Alors, si vous avez besoin de conseil pour élaborer un plan d’action ou concevoir des outils efficaces, je vous invite à communiquer avec moi.

2018-07-03T20:29:17+00:00avril 1st, 2016|0 Comments

Leave A Comment